Vous n'avez encore accédé à aucune fiche…

blu-ray : Planète interdite - Edition FNAC

Date de sortie : 20 octobre 2010

Planète interdite

Film

Support

Bonus

Acteurs : Walter Pidgeon, Anne Francis, Leslie Nielsen, Warren Stevens, Jack Kelly

Réalisateur : Fred M. Wilcox

Langues : Anglais (5.1 DTS HD-MA), Français (1.0), Espagnol (1.0), Portugais (1.0), Allemand (1.0)

Sous-titres : Français, Portugais, Espagnol, Norvégien, Anglais pour malentendant, Allemand pour malentendant

Zone : Zone B

Format image : 2.4 - 16/9 compatible 4/3

Nombre de disques : 1

Editeur : Warner Blu-Line

Date de sortie : 20 octobre 2010

Durée : 2 x 90 minutes (2 films)

L'histoire

Au XXIIe siècle, le vaisseau spatial C57-D se pose sur la lointaine planète Altaïr 4. Une expédition dirigée par le commandant Adams vient enquêter sur la disparition, vingt années plus tôt, du navire spatial Bellérophon et de son équipage. Les explorateurs sont accueillis par Robby, un robot ultra perfectionné qui les conduit jusqu'à la formidable demeure de l'énigmatique Docteur Morbius. Celui-ci, avec sa fille Altaira est le seul survivant de l'expédition précédente qui a été décimée par une force inconnue...

Le vaisseau spatial C57-D des planètes unies - Planète interdite - Edition FNAC (Forbidden Planet)
Le vaisseau spatial C57-D des planètes unies

Le petit mot du Doc

Merci ! Merci ! Merci ! Que de joie de redécouvrir ce film sur support Blu-ray, d'autant qu'il ne bénéficiait jusqu'à présent d'aucune sortie DVD française. Avec cette édition spécialement créée pour la FNAC (vous ne le trouverez donc pas ailleurs), Warner nous gâte… et c'est peu dire comme vous allez le voir !

Tourné en couleur et en cinémascope (procédé de filmage élaboré qui, en termes d'évènement, pourrait être comparé à la 3D moderne que nous expérimentons aujourd'hui), PLANETE INTERDITE est le premier film de science-fiction dans l'espace de la Metro-Goldwin-Mayer. Lui offrant un budget conséquent, les dirigeants du grand studio hollywoodien ont l'ambition d'en faire un film sérieux et de l'écarter de l'éternelle estampille "série B" souvent réservée aux titres du genre. Un temps intitulé PLANETE INTERDITE est considéré comme la version science-fiction de "La tempête", l'œuvre de William Shakespeare dont elle s'inspire à bien des égards. Dans l'œuvre du dramaturge, un homme, Prospero, après avoir été déchu, est exilé par son frère sur une île déserte de la méditerranée. Maîtrisant les éléments naturels et les esprits, il y reste 12 ans en compagnie de sa fille Miranda jusqu'au jour où un vaisseau les trouve… Miranda tombera amoureuse d'un membre de l'équipage.

Morbius met les terriens en garde - Planète interdite - Edition FNAC (Forbidden Planet)
Morbius met les terriens en garde

Tandis que la SF des années cinquante reste très orientée sur la peur du nucléaire et l'invasion extra-terrestre (métaphore sur la crainte du communisme), il s'agit là du premier film à franchir les limites de notre système solaire. C'est aussi la première fois que des terriens voyagent dans une soucoupe volante, moyen de transport jusque là réservé aux extra-terrestres (LE JOUR OU LA TERRE S'ARRETA, LES SOUCOUPES VOLANTES ATTAQUENT, LES SURVIVANTS DE L'INFINI, etc.), la fusée restant le choix premier des scénaristes de l'époque. On connaît d'ailleurs peu (voire pas) de cas similaire. Quelques épisodes de LA QUATRIEME DIMENSION (1959-1964) tout au plus. La célèbre soucoupe sera d'ailleurs réutilisée dans cette série afin d'en diminuer les coups de production. Ce sera pour les épisodes "La troisième à partir du soleil" et "Le vaisseau de la mort".

Bien que servi par un redoutable casting (Leslie Nielsen, dont la carrière s'est depuis réorientée vers le burlesque, en particulier avec la série des "Y-a-t-il un flic…", Richard Anderson, chef de l'O.S.I. dans L'HOMME QUI VALAIT 3 MILLIARDS ou encore Walter Pidgeon vu dans LE SOUS-MARIN DE L'APOCALYPSE), la véritable star du film n'est pas un acteur mais un robot répondant au nom de Robby. Imaginé par Robert Kinoshita, la MGM a investit plus de 100.000 dollars (énorme somme pour l'époque !) pour rendre le robot crédible. Une réussite ! Au point que bon nombre de personne n'imaginèrent jamais qu'une personne se cachait à l'intérieur. Construit à un seul exemplaire, il fut réutilisé à de nombreuses reprises : par deux fois pour la série MGM PARADE (1955-1956) qui ouvrait les portes des studios aux téléspectateurs, ainsi que dans l'épisode "The Robot Client" de MONSIEUR ET MADAME DETECTIVE (THE THIN MAN)(1957-1959). Rod Serling ne manqua pas de faire appel à lui dans les épisodes "Oncle Simon" en 1963 et "Automation" en 1964 de LA QUATRIEME DIMENSION. On le retrouvera à deux reprises encore dans la série PERDUS DANS L'ESPACE : en 1966 dans l'épisode "The War of the Robots" et l'année suivante dans l'épisode "Les condamnés de l'espace". On le verra aussi dans l'épisode "Soirée originale" de la série WONDER WOMAN (1976-1979). Il fera également des apparitions là où on l'attend le moins, en particulier en 1974 dans l'épisode "Au-delà de la folie" de la série COLUMBO, ou encore dans la série LA CROISIERE S'AMUSE. Sur le grand écran on retrouvera le robot dans une autre production de la MGM intitulée LE CERVEAU INFERNAL (1957) qui fera figure de suite au film bien qu'il n'en soit pas une.

Altaira et Robby - Planète interdite - Edition FNAC (Forbidden Planet)
Altaira et Robby

Robby, qui s'exprime par des cliquetis que précédent une voix grave (celle du comédien Marvin Miller dans sa version originale), est capable de parler 187 langues ainsi que ses dialectes et dérivés. Bien que George Lucas admette volontiers s'être davantage inspiré du robot Maria de METROPOLIS (1927), cette fonctionnalité n'a pas échappé au père de LA GUERRE DES ETOILES (1977) qui l'a repris pour le compte de son célèbre C3PO. Robby répond également aux trois lois de la robotique posées par Asimov*, bien que la troisième semble bafouée lorsque Morbius lui demande de se jeter dans le désintégrateur.

Avec ses fabuleux décors, avec son imagination débridée, avec son ingéniosité riche, avec son humour simple et efficace, avec son robot surprenant et son héroïne à croquer, PLANETE INTERDITE a ouvert la voie a bon nombre de productions : le dispositif de décélération à l'arrivée de la soucoupe à bien du inspirer Gene Roddenberry pour STAR TREK (1966) (il parait que celui-ci aurait aimé en tirer une série). Quand aux images tridimentionnelles, celles-ci ont été magnifiées dans LA GUERRE DES ETOILES. Si certaines technologies paraissent dépassées aujourd'hui (micros caméras filaires, micros fiches), le film n'a pas vraiment vieilli. Sans doute parce qu'il à su "cacher" plutôt que "montrer", tel le monstre invisible qui attaque les terriens. L'idée d'une créature forgée par l'esprit était à fortiori nouvelle. La MGM ne disposant pas de département animation, elle confia la création du monstre à Disney et pour l'occasion emprunta au célèbre studio l'un de ses meilleurs animateur, Josh Meador, qui réalisa aussi le rayon stabilisateur de la soucoupe, les tirs lasers et les courts-circuits de Robby.

Façonner les images de l'esprit : la technologie des Krells - Planète interdite - Edition FNAC (Forbidden Planet)
Façonner les images de l'esprit : la technologie des Krells

Examinons les bonus de cette galette. Il y en a tellement, et de qualité, que même si le film titre n'était pas présent sur le disque, cela en ferait encore un objet des plus intéressants qui soit. Notons tout de suite que, mis à part les fac-similés d'affiches du film et la figurine Robby, le contenu de ce disque est exactement celui de l'Ultimate Collector Edition, coffret double DVD américain sorti en 2006 (zone 1) et qui fut à l'origine de quelques-uns des documentaires que l'on retrouvent ici.

Premier supplément et non des moindres, l'intégralité du film d'Herman Hoffman, LE CERVEAU INFERNAL (1h29), présenté sous son titre original THE INVISIBLE BOY. Il faut savoir que ce film, véritable curiosité pour l'amateur de SF, était à ce jour uniquement disponible en VHS américaine. L'éditeur fait bien les choses en ajoutant à ce long métrage l'épisode complet "The Robot Client" de la série MONSIEUR ET MADAME DETECTIVE, ainsi que des extraits des épisodes 27 et 28 de la série MGM PARADE dans lesquels Walter Pidgeon présente le film et le robot. Ces documents se révèlent autant d'importance qu'ils sont difficiles à trouver.

Cette édition contient également trois magnifiques documentaires qui sortent des sentiers battus des "making of" modernes dans lesquels on n'apprend finalement pas grand-chose. "Regardez les cieux ! Science-Fiction, les années 50 et nous" (55'31). Datant de 2005, il s'agit d'un tour d'horizon des ingrédients qui ont fait la SF des années cinquante et de l'influence qu'elle a eu sur les productions d'aujourd'hui. Narré par Mark Hamill (alias Luke Skywalker), elle fait intervenir les quatre plus grands réalisateurs américains contemporains ayant trempé dans la science-fiction : Steven Spielberg, George Lucas, Ridley Scott et James Cameron. Totalement orienté vers le film, voici le documentaire "Extraordinaire ! Explorez les grandes étendues du film" (26'35)(2006). Véritable hommage au film de Fred M. Wilcox, il réunit bon nombre de ses acteurs (Leslie Nielsen, Anne Francis, Richard Anderson, Warren Stevens et Earl Holliman), techniciens (Bebe Barron, responsable de la musique électronique, la première du genre) et y interviennent aussi de grands noms du cinéma comme John Dykstra, Denis Muren, Ben Burtt, Phil Tippet, les réalisateurs Joe Dante, John Carpenter, William Malone, John Landis, les historiens du cinéma Bob Burns et Rudy Behlmer mais aussi des auteurs Alan Dean Foster et Bill Warren. Quant à "Ingénierie de Robby le Robot" (13'45), cette featurette revient sur la conception de la star du film et l'icône qu'il est devenu.

Image scifi-movies

Mais encore, cette édition nous propose un document unique : quelques scènes supprimées et autres stock-shots abandonnés. Si ce genre de supplément est monnaie courante dans les bonus des productions modernes, il s'agit là de documents véritablement uniques et rares. Que du bonheur ! Et pour finir, les bandes-annonces originales des films PLANETE INTERDITE et LE CERVEAU INFERNAL. Au total c'est plus de 3h30 de suppléments que nous offre ce Blu-ray.

Cette édition manque cependant de peu le sans faute. Remasterisé en Dolby Digital 5.1 dans sa version originale, la version française reste en mono d'origine. Il est regrettable que celle-ci, la plus diffusée en France et à laquelle nous sommes habitués, n'ait pas reçu le même traitement.

--------------------
*Loi numéro 1 : un robot ne peut pas faire de mal à un être humain.
Loi numéro 2 : un robot doit obéir à tous les ordres sauf à ceux qui contredisent le premier principe.
Loi numéro 3 : un robot doit protéger sa propre existence sauf dans les cas qui interfèrent avec les 2 premiers principes.

20 octobre 2010