Vous n'avez encore accédé à aucune fiche…

dvd : Gamera - La trilogie

Date de sortie : 30 septembre 2009

Gamera 1 - Gardien de l'Univers

Film

Support

Bonus

Acteurs : Tsuyoshi Ihara, Akira Onodera, Shinobu Nakayama, Ayako Fujitani, Yukijirô Hotaru

Réalisateur : Shusuke Kaneko

Langues : Français (5.1DD), Japonais (5.1DD)

Sous-titres : Français

Zone : Zone 2

Format image : 1.78 - 16/9 compatible 4/3

Nombre de disques : 3

Editeur : We Prod

Date de sortie : 30 septembre 2009

Durée : 96,99 et 108 minutes

Disponible en DVD

L'histoire

Alors que la Terre se révèle la proie de terribles créatures préhistoriques appelées Gyaos, l'Humanité et l'armée semblent perdre tout contrôle. C'est dans ce monde au bord de l'apocalypse qu'un monstre encore plus gigantesque fait son apparition : Gamera. Une créature mystérieuse de 150 mètres de haut qui semble prête à tout pour protéger la planète mais pas forcément l'Humanité…

Image

Le petit mot du Doc

Béni soit l'éditeur We Prod qui nous permet de découvrir enfin la trilogie de Gamera de l'ère Eishi. Sortit respectivement en 1995, 1996 et 1999, il aura donc fallu attendre presque quinze ans pour enfin découvrir ce qui est à considérer comme le renouveau des Gamera après la série classique de 8 films de l'ère Showa, déroulés de 1965 à 1980.

Petit rappel historique : Gamera, tortue géante endormie depuis des milliers d'années sous les glaces de l'arctique, a été réveillé de son long sommeil par une explosion atomique. Concurrent direct du Gozilla de la firme cinématographique japonaise Toho, Gamera surfe dès 1965 sur l'engouement des japonais pour le kaiju eiga (le film de monstre) et s'en sort plutôt pas mal avec le parti prit de plaire au plus jeunes… parfois au risque de devenir grotesque, en particulier dans ses derniers épisodes. Les difficultés financières de la firme Daiei et l'intérêt moindre que montrent les spectateurs nippons au genre obligent notre Gamera à rendre les armes avec GAMERA CONTRE ZIGRA (1971). Dans un soubresaut, en parti dû au renouveau du space opera, revitalisé par LA GUERRE DES ETOILES (1977) et SUPERMAN (1978), le monstre imprimera à nouveau les écrans en 1980 avec l'incroyable (au sens propre) GAMERAK, qui le laissera définitivement pour mort et qui marque la fin de l'ère Showa. Et puis plus rien ! Plus rien jusqu'à ce reboot du monstre au milieu des années 90.

Image

On doit ce renouveau à un homme en particulier : Shusuke Kaneko. Ce réalisateur alors méconnu harcèle déjà depuis des années la Toho pour réaliser un Godzilla. Et lorsque la mise en chantier du GODZILLA (1998) de Roland Emmerich se laisse entrevoir, les Studios Daiei décident de relancer la franchise Gamera. Shusuke Kaneko prend à contre pieds les producteurs. Il délaisse le côté infantile et se penche sur une version du monstre la plus réaliste possible, ce qui était devenu nécessaire. Pour l'aider dans cette tâche, il s'allie à son ami et scénariste Kazunori Ito qui écrira les scénarii de GHOST IN THE SHELL (1995), AVALON (2001) et INNOCENCE - GHOST IN THE SHELL 2 (2008).

Shusuke Kaneko et Kazunori Ito imaginent un Gamera aux origines différentes, faisant table rase du passé. La tortue n'est plus ce monstre préhistorique que le nucléaire vient sortir de son long sommeil mais un être biomécanique crée par les Atlantes (les habitant d'Atlantis) pour les défendre d'un autre danger : les Gyaos.

Image

Dans GAMERA, GARDIEN DE L'UNIVERS, Gamera se réveille pour combattre les Gyaos que le monde moderne et sa pollution ont réveillés. D'emblée, le réalisme prend le dessus comparé aux films classiques. La population joue un rôle majeur dans ce qui s'apparente plus à un drame qu'à un match de catch. Le succès est au rendez-vous.

Dans GAMERA, L'ATTAQUE DE LEGION, Gamera va devoir combattre contre un ennemi multiple qui vient de l'espace. Le Légion est un monstre qui peut déverser des nuées de parasites, et cela rappelle quelques titres de la science-fiction à venir.

Dans GAMERA, LA REVANCHE D'IRIS, l'accent est mis sur les dommages collatéraux et la souffrance des populations, premières victimes des combats ruraux. Avec des effets spéciaux et un scénario mature, avec une photographie d'une grande qualité et de magnifiques cadres, ce troisième volet clos la trilogie moderne de bien belle manière. Sans conteste le film le plus abouti du monstre.

Image

Chaque galette de ce coffret comporte son lot de bonus construit de manière identique : interview des FX, Clip du "Making Of" et bande-annonce originale du film. C'est ainsi qu'on pourra apprécier une longue interview de plus d'une heure trente de Shinji Higuchi, le responsable des effets spéciaux, scindée en trois parties : "De mieux en mieux!" (31'05) "Explosions ! Destructions !" (31'33) et "Les humains impuissants !" (30'). Douze minute de making of sous forme de clips entraînant. Et les trois bandes-annonces originales des films.

30 septembre 2009