Vous n'avez encore accédé à aucune fiche…

Richard Hatch - 4ème TGS (27/28 novembre 2010)

28.11.2010

Image
Richard Hatch[richard_hatch.jpg]

Interview exclusive de Richard Hatch donnée à SCIFI-MOVIES à l'occasion de sa participation au 4ème TOULOUSE GAME SHOW qui a eu lieu les 27 et 28 novembre 2010.

Richard, vous êtes une figure de la science-fiction, connu principalement pour vos implications dans les deux séries BATTLESTAR GALACTICA (1978-1979) la série classique et BATTLESTAR GALACTICA (2004-2009) la série moderne. Qu'est ce ça fait de rencontrer les fans aussi loin de chez vous ?

Et bien en fait j'ai une amie à Cannes. J'ai également été à Paris, mais c'est la première fois que je viens à Toulouse. Cette ville est très jolie et j'ai été très surpris d'y trouver une convention aussi importante. Les gens sont sympas, plus jeunes qu'aux Etats-Unis. Les filles sont très belles et j'adore les costumes créés par les fans. Je me régale ici.

Vous avez souvent dit que vous n'étiez pas destiné au métier d'acteur. Des regrets aujourd'hui ?

Je ne pensais pas devenir acteur car j'étais très timide. Je n'aurais jamais pensé monter sur les planches ou bien apparaître dans un film mais ça m'intéressait quand même. Et puis j'ai été invité à participer à un cours de comédie et j'ai découvert que j'aimais cela et que je pouvais peut-être en faire ma carrière. C'était un moyen de se surpasser, de surpasser ma timidité. Tout le monde vous l'aurait dit "Richard est bien la dernière personne que j'imaginerais jouer dans un film !". Mais j'aime ça, c'est une expérience profonde et mystique.

Vous avez pourtant failli devenir pianiste !

Non, c'est vrai que je joue du piano, je joue de la guitare, je chante, je danse. J'écris des chansons. Je fais beaucoup de choses. Mais maintenant je dirige et produis aussi.

Parlons de la série classique BATTLESTAR GALACTICA, comment avez-vous intégré le show ?

On m'avait proposé le rôle mais j'ai d'abord refusé toute audition. C'était sans doute la plus grosse production dans l'histoire de la télévision mais je ne voulais pas être de ces milliers d'acteurs qui auditionnent et je voulais que ma carrière d'acteur prenne un tour sérieux. Même si j'aimais la science-fiction, je ne voulais pas apparaître dans un sous STAR WARS, ce que finalement le show n'était absolument pas : il s'est avéré que BATTLESTAR GALACTICA présentait une histoire vraiment originale et je suis très heureux d'y avoir participé. Neuf mois après mon premier refus ils n'arrivaient pas à trouver un acteur qui leur convienne. Un producteur m'a alors vu dans un épisode de WHAT REALLY HAPPENED TO THE CLASS OF 65? (1977-1978), une série très populaire, dans laquelle j'ai joué avec Rosanna Arquette [Richard Hatch a partagé l'épisode "Mr Potential" avec Rosanna Arquette, alors au début de sa carrière]. Les producteurs ont pensé que j'étais pourtant l'acteur parfait pour le rôle d'Apollo. Ils m'ont engagé et je suis content qu'ils l'aient fait. Comme je le disais, j'aime STAR WARS et faire partie de BATTLESTAR GALACTICA était une opportunité incroyable même si l'acteur qui est en moi cherchait à intégrer des rôles plus sérieux. Finalement c'était très sérieux et cette série m'a rendu célèbre dans le monde entier. Je suis très heureux d'avoir participé à cette série mais aussi d'avoir pu jouer dans la série moderne ré-imaginée trente ans plus tard.

Est-ce que Universal vous a proposé un autre rôle que celui d'Apollo ?

Non, Appolo a été le seul personnage qu'ils voulaient que je joue.

En tant que Space Opera, est-ce que le tournage de BATTLESTAR GALACTICA était plus compliqué que LES RUES DE SAN FRANSISCO (1972-1977), série pour laquelle vous avez tourné 24 épisodes ?

Pas vraiment. Pour LES RUES DE SAN FRANSISCO, tout était tourné en extérieur car cela sa passait dans le présent, donc nous n'avions pas besoin de décors, d'écrans verts ou autre rétroprojection. Par contre sur le nouveau BATTLESTAR nous avons beaucoup tourné de nuit, très tard, la plupart du temps 7 jours sur 7 car la production de ce genre de série est beaucoup plus gourmande en temps. On jouait devant des écrans verts en imaginant ce qu'il se passe derrière ou devant vous, car tout le reste est crée en postproduction.

Savez-vous pour quelle raison la série originale a été annulée si brutalement après une seule saison ?

Avec son aspect égyptien, l'histoire de cette civilisation humaine perdue dans l'espace a intrigué beaucoup de téléspectateurs. Dans l'histoire de la télévision, nous avions bénéficié de la plus grosse publicité. Mais NBC avait tout un tas d'autres séries qui campaient au top 10 et BATTLESTAR coutait très cher et je pense qu'ils ne pouvaient plus lui accorder un tel budget. La série aurait pu durer 10 ans de plus. 65 millions de spectateurs ont suivi le show originel et les fans aujourd'hui s'en rappellent encore. Elle a captivé trois générations de fans. C'est incroyable que la production de BATTLESTAR se soit arrêtée à cause de l'argent.

Que pouvez-vous nous dire de GALACTICA 1980 (1980) ? On y voit M. Lorne Green en Commandant Adama, mais vous avez disparu, tout comme votre acolyte Dirk Benedict.

On nous a demandé de jouer dans BATTLESTAR GALACTICA 1980 mais je pense que cette série était une arnaque, ce n'était pas vraiment du BATTLESTAR. Une fois la Terre trouvée, il n'y a plus de show et je ne voyais pas l'intérêt. J'adore la série originale mais ils ont divisé le budget par deux et ils ont obtenu une version très ringarde. S'ils avaient continué dans la lignée de la série originale ils auraient certainement fait beaucoup plus d'argent qu'avec ce BATTLESTAR GALACTICA 1980.

Avant de jouer dans la série moderne, vous vous êtes battu corps et âme pour faire revivre cette fantastique série. Parlez-nous de ce combat.

Vous savez, je suis tombé amoureux de cette histoire et je pensais que cette série devait continuer. Alors quand dix ans plus tard, cela ne venait pas j'ai commencé à écrire des histoires pour BATTLESTAR. Je voulais quelque chose d'intelligent car il y en avait peu. J'aime la science-fiction visionnaire et intelligente et je ne comprenais pas pourquoi on ne nous proposait pas plus de bonne science-fiction. J'ai rencontré les studios pour qu'ils relancent le show. J'ai dépensé beaucoup de temps, d'énergie et d'argent pour développer une bande-annonce – BATTLESTAR GALACTICA THE SECOND COMING (1999) - qui pourrait inspirer un revival. Elle a été vue partout dans le monde, sur Internet. Vous savez j'ai toujours été un genre de révolutionnaire, je me suis toujours battu pour les choses auxquelles je croyais. Je pense que beaucoup trop de personnes ont des vies passives et ne se battent pas pour les choses auxquelles elles croient. Je suis très frustré car comme beaucoup de fans du genre, je trouve que l'on ne diffuse pas assez de bonnes séries de science-fiction.

Comment la bande-annonce de BATTLESTAR GALACTICA THE SECOND COMING a été reçue de la part des studios ? Pensez vous qu'à un moment donné grâce à elle vous auriez pu réussir à peser dans la balance et à relancer la série ?

Je pense que la bande annonce THE SECOND COMMING a réveillé la communauté de BATTLESTAR. Elle a demandé de gros efforts pour tenter de ramener le show. Automatiquement, les fans ont commencé à parler entre eux et petit à petit, lentement mais sûrement, on pensait que quelqu'un finirait par ramener la série au premier plan. Cela m'a toujours impressionné de voir que malgré l'empreinte indélébile qu'elle a laissée dans la mémoire de tant de fans, cela soit resté vain.

Vous êtes le seul acteur de la série d'origine à jouer dans la série moderne. Pouvez-vous nous expliquer comment cela s'est passé ?

Je pense que la raison pour laquelle j'ai été pris dans le casting de la nouvelle série c'est parce que personne d'autre que moi ne s'est plus investi dans ce combat pour le revival de BATTLESTAR GALACTICA. J'ai aussi écrit huit romans, des bandes-dessinées pour BATTLESTAR, j'ai fait la promotion du show dans le monde entier et j'ai lancé une convention qui a célébré le 25ème anniversaire de la série. J'ai rencontré Ron Moore - avec qui je me suis lié d'amitié - et les gens qui développaient la nouvelle série. Ils avaient créé un personnage qui pouvait me convenir : Tom Zarek. Alors automatiquement ils m'ont invité à faire partie du show, d'abord en tant qu'invité vedette. Et puis ce Guest Star est devenu un personnage à part entière dans l'histoire de cette série et j'y ai ainsi participé pendant quatre ans.

Qu'est ce que cela vous a fait de découvrir que Starbuck et Boomer (vos deux précédents principaux coéquipiers dans la série d'origine) étaient des femmes ?

Je n'y ai vu aucun problème parce que c'était une nouvelle vision de la série. Quand ils ont décidé de refaire BATTLESTAR GALACTICA et non de la poursuivre, je pense qu'ils devaient changer certaines choses, je pense qu'ils voulaient poser leur propre marque sur la série. Les femmes ont pris une part plus importante dans le monde et nous avons maintenant des personnages féminins très forts. Cela a apporté un véritable plus. Je trouve que ce qu'ils ont fait est très intelligent. Ils m'ont remplacé par un homme et ils ont remplacé Dirk Benedict par une femme et c'est très bien. Je suis davantage surpris pour Boomer, mais ils l'on fait et Grace Park est si sexy alors… vous voyez quand d'aussi jolies filles jouent de la sorte c'est d'autant plus facile de leur donner le change.

Parlez-nous de THE GREAT WAR OF MAGELLAN (GWOM). De quoi s'agit-il au juste ?

C'est une série de science-fiction que j'ai développée il y a peu. Cela va se décliner en un jeu pour les réseaux sociaux et en jeu de rôles. Un premier roman sortira l'année prochaine ainsi qu'une série de bandes dessinées. Cela se passe dans la nébuleuse de Magellan. C'est un gros space opera qui traite d'une galaxie ravagée par la guerre qui voit plusieurs évolutions du genre humain, l'histoire d'une humanité qui s'est perdue et qui cherche son chemin.

Vous êtes pilote de Viper dans la série originale BATTLESTAR GALACTICA et dans la série moderne vous jouez un prisonnier. Etes-vous plutôt un gars sympa ou un "bad guy" ?

Les gens pensent que je suis un bad guy parce que Tom Zarek était emprisonné. Je n'ai jamais pensé que Tom Zarek était un mauvais gars. C'est un révolutionnaire qui se bat dans le bon sens du terme pour réveiller les gens et leur montrer que la démocratie est une chose fragile. Les gens prennent le pouvoir pour s'asseoir sur les droits des hommes. Et même s'ils le font pour de bonne raisons, cela démontre qu'une démocratie peut facilement chavirer au point de côtoyer le fascisme avec une dictature qui impose ce qu'il croit bon pour le peuple. C'est exactement ce qu'il se passe dans BATTLESTAR. Je pense que ce nouveau BATTLESTAR n'est pas l'histoire de bonnes gens contre de mauvaises gens, c'est plutôt comment les gens tentent de combattre leurs propres démons, de prendre le dessus sur les conflits internes avec lesquels nous vivons tous : parfois nous gagnons, parfois nous perdons. Mais certaines personnes bonnes sont capables de faire de vilaines choses pour des raisons qui ne tiennent qu'à eux et je pense que les leaders de BATTLESTAR font exactement la même chose. Mais Tom Zarek n'est pas méchant.

Depuis la nouvelle série BATTLESTAR GALACTICA on vous a à nouveau vu dans quelques productions un peu "cheap" de science-fiction, je pense à des films comme THE POD (2011), STARSHIP II: RENDEZVOUS WITH RAMSES (2010), INALIENABLE (2008). Est-ce que c'est une bonne chose pour vous ?

Vous savez, j'aime la science-fiction mais j'ai joué beaucoup de différents rôles. Je viens de terminer le tournage du drame DEAD BY FRIDAY (2010) dans lequel je joue le rôle d'un prêtre ; je viens aussi de terminer THE POD qui est un film de science-fiction horrifique. Mais ce n'est pas vraiment de la SF. J'ai joué un bon nombre de rôles traditionnels mais j'ai finalement peu tourné dans le giron de la science-fiction même si l'on ma proposé de nombreux projets. J'aime les rôles intelligents, visionnaires et les personnages complexes. Je n'aime pas de la science-fiction au rabais ni la science-fiction superficielle, ce n'est pas ma tasse de thé. J'aime des films comme LE SEIGNEUR DES ANNEAUX, ALIEN - LE 8EME PASSAGER (1979). BLADE RUNNER (1982) est sans doute mon film préféré. Comme je le disais j'aime la science fiction visionnaire et intelligente.

Propos recueillis par DoctorSF

Pour découvrir un autre moment fort de cette convention, la conférence donnée par Richard Hatch et Peter Williams (Apophis dans STARGATE SG-1) sur le site de Stargate SG-C
A voir aussi les photos de l'évènement