Vous n'avez encore accédé à aucune fiche…

Universal Studios - 100 ans de cinéma

2012-11-18

Image
Couverture du livre 'Universal Studios - 100 ans de cinéma'[universal-studios-100-ans-de-cinema-livre.jpg]

100 ans ! Ce n'est pas tous les jours qu'arrive un tel anniversaire. Alors lorsqu'il s'agit de celui d'un des studios de cinéma qui nous a fait tant rêver… et effrayé, disons-le, l'instant est privilégié. Pour fêter dignement cet évènement, la Cinémathèque française a mis les bouchées doubles ! Non seulement elle organise une rétrospective du 5 décembre 2012 au 2 mars 2013, mais en parallèle, en coédition avec les éditions La Martinière et en partenariat avec Universal, elle publie ce livre qui permettra, à ceux qui n'auront pas la chance de pouvoir se déplacer à la cinémathèque, de garder trace élégante de cet évènement avec un objet dont on apprend beaucoup. Et pour les autres, il permettra de poursuivre le rêve qu'ont représenté ces 100 ans de cinéma.

Imposant (25x30), lourd et épais de 280 pages glacées, la première sensation en manipulant ce livre est excellente. D'emblée il est prometteur. Ouvrons-le vite ! L'ouvrage n'est pas avare de photographies et alterne affiches (toujours très belles) et photos de tournage ou autre document en noir & blanc et en couleur, avec parfois de superbes clichés en double page. Pas de sur-couverture mais un bandeau du plus bel effet avec en son sein un coupon qui donnera droit, sur présentation, à une entrée gratuite à l'une des séances de la rétrospective Universal 100 ans – 100 films… pour les chanceux qui pourront s'y rendre. A ce titre, on espère que la Cinémathèque française pourra faire tourner quelques unes de ces copies - dont certaines ont été restaurées pour l'occasion – dans les cinémathèques de provinces afin que tout le monde puisse fêter cet anniversaire.

La chose n'est pas coutume, UNIVERSAL STUDIOS, 100 ANS DE CINEMA n'est pas la traduction française d'une publication américaine, mais un véritable hommage français rendu aux studios de cinéma par la Cinémathèque française et les éditions La Martinière. A ce titre, sous la direction de Jean-François Rauger, directeur de la programmation de la Cinémathèque française et régulier collaborateur au Monde, il a été écrit à plusieurs mains : celles de Nathalie Benady, Bernard Benoliel, Pierre Berthomieu, Jean-Pierre Bouyxou, Serge Chauvin, Bernard Eisenschitz, Gilles Esposito, Philippe Garnier, Elisabeth Girard, Eva Markovits, Bernard Payen, Olivier Père et Jean-François Rauger. C'est le récit détaillé de l'histoire d’Universal, un portrait de ses grands producteurs et des cinéastes importants ayant travaillé pour le studio, un aperçu des séries populaires tournées au cours de son histoire ainsi qu’une sélection de 101 films témoignant de l’éblouissante production d’Universal.

A découvrir le sommaire, le contenu du livre s'avère particulièrement clair. Ce n'est pas un de ces livres qu'il faut lire du début à la fin. Découpé en cinq grands chapitres, cet ouvrage pourra être très facilement compulsé selon les goûts ou les besoins.

"HISTOIRE D'UN STUDIO CENTENAIRE" nous conte l’évolution industrielle du studio depuis ses origines en 1912 et les choix stratégiques que ses fondateurs et repreneurs ont entrepris. Toute l’histoire, de l’ouverture officielle d’Universal City en 1915 en passant par la création en 1962 de la MCA (Music Corporation of American) jusqu’à la rénovation du fameux logo en 2012 est ici retracée (nous assisterons d'ailleurs à l'évolution de ce logo mythique, sur fond de globe planétaire).

"LES HOMMES DU STUDIO" s'attarde justement sur les fondateurs d'Universal : Carl Laemmle, Irving Thalberg, Carl Laemmle Jr, Joe Pasternak, Lew Wassermann… Mais pas seulement. On y fait aussi connaissance des producteurs (Albert Zugsmith, William Alland, l'homme aux monstres) dont on oublie parfois le pouvoir qu'ils ont sur le produit final qu'est le film.

"LES CINEASTES UNIVERSAL". Depuis 100 ans, les studios Universal ont accueilli les réalisateurs les plus talentueux, tels qu'Erich Von Stroheim, Paul Leni, James Whale, Rowland Lee, Anthony Mann, Jack Arnold, Alfred Hitchcock ou encore Steven Spielberg pour n'en citer que quelques-uns. Et comme un film sans acteur n'est pas un film, l'ouvrage nous conte aussi les débuts d'acteurs dont les noms resteront gravés à jamais dans l'histoire du cinéma, et en particulier dans l'histoire du film de genre. Ce sont des Bela Lugosi, Boris Karloff, Lon Chaney, Claude Rains, Vincent Price…

La créature du lac noir - Universal Studios - 100 ans de cinéma
La créature du lac noir

"STARS, MONSTERS ET SERIES" discute des serials d'Universal qui ont fait la renommée du Studio. Les fans de SF le savent bien, parmi les nombreux serials BUCK ROGERS et FLASH GORDON ont sculpté un inconscient collectif. Une grande partie de ce chapitre s'intéresse aussi aux monstres gothiques mis en images et qui resteront à jamais l'emblème du studio : Dracula, Frankenstein, la créature du lac noir, le fantôme de l'opéra, le loup-garou… Tout le bestiaire des années 30 et 40 y est présenté. On y apprend ce que signifie "série B".

"100(+1) FILMS". Cette dernière partie représente les deux tiers de l'ouvrage et tente de montrer la spectaculaire diversité de la production au sein d'Universal tout au long de son histoire. Des titres importants, des chefs-d'œuvre devenus des classiques de l'histoire ou des succès commerciaux côtoient les raretés. 101 films emblématiques classés par ordre chronologiques s'y partagent 160 pages parmi lesquels BLIND HUSBAND d’Eric Von Stroheim (1919), BLACK STREET de Robert Stevenson (1941), WINCHESTER 73 d’Anthony Mann (1950), DRACULA de Tod Browning (1931) premier film fantastique de l'ère du parlant avec Bela Lugosi dans le rôle du maître des Carpates, DEMAIN EST UN AUTRE JOUR de Douglas Sirk (1956), LA SOIF DU MAL d’Orson Welles (1958), A L'OUEST RIEN DE NOUVEAU de Lewis Milstone (1930) qui donne au studio ses premiers Oscars, LES OISEAUX d'Aldred Hitchcock (1963), LES DENTS DE LA MER de Steven Spielberg (1975), KING KONG de Peter Jackson (2005)…

La science-fiction n'est pas en reste. Le studio en a produit quelques unes de ses plus belles perles : FRANKENSTEIN (1931), L'HOMME INVISIBLE (1933) avec les débuts de Claude Rains et LA FIANCÉE DE FRANKENSTEIN (1935), tous trois de James Whale. L'ÉTRANGE CRÉATURE DU LAC NOIR (1955), TARANTULA (1955), LE MÉTÉORE DE LA NUIT (1953), L'HOMME QUI RÉTRECIT (1957) tous du prolifique Jack Arnold. FRANKENSTEIN RENCONTRE LE LOUP–GAROU de Roy William Neill (1943) premier film à croiser les personnages du bestiaire atypique, LA CITÉ PÉTRIFIÉE de John Sherwood (1957), LE PEUPLE DE L'ENFER de Virgil Vogel (1957), ET - L'EXTRA-TERRESTRE de Steven Spielberg (1982), etc. On regrettera juste que certains titres ne soient pas plus étoffés textuellement.

Ecrit d'une manière simple et illustré par 400 photographies dont de nombreux documents inédits qui proviennent des archives à Los Angeles et du fonds de la Cinémathèque française, UNIVERSAL STUDIO 100 ANS DE CINEMA est le complément idéal à cette rétrospective… à moins que ce ne soit le contraire ! Toujours est-il qu'avec les fêtes qui approchent, cet ouvrage tombe à pic ! Effet garanti.

DoctorSF

Universal Studios - 100 ans de cinéma est disponible chez AMAZON