Logo SciFi-Movies
Logo SciFi-Movies

» Votre historique...

Historique de navigation...

Interstellar

0


8

Interstellar

(Interstellar)
4.0 étoiles

Un film réalisé par Christopher Nolan
2014 - 169 minutes - Couleur - Dolby Digital - 1.43
Voir toutes les productions et sorties américaines (Etats-unis)Voir toutes les productions et sorties britanniques (Royaume-uni)

Les critiques

Nombre de critiques : 6
Total des points : 47
Moyenne obtenue : 7.83/10

Ajoutez une critique

Affiche française du film Interstellar
Avatar choisi par le scifinaute

6 - 6/10 Fog Horn

26 novembre 2017

Décidemment, je n'accrocherai jamais au style de Christopher Nolan. Comme à l'accoutumée, l'ensemble est techniquement maitrisé, il n'y a rien à dire de ce coté là. Mon seul problème avec ce réalisateur, c'est son style pompeux typique des films à Oscars. Pour moi, la science-fiction doit être un minimum rock & roll aussi sérieuse se veut-elle. Ici, aucune spontanité à l'horizon, aucune prise de risque, tout est ultra-calculé pour un résultat qui se voudrait "film à grand spectacle auteurisant". Dommage que les ficelles soient un peu grosses : l'histoire, assez accrocheuse au départ, se relance à grands coups de rebondissements artificiels, la musique est envahissante au possible et le mot "suggestion" semble être banni du dictionnaire (absolument tout est expliqué aux spectateurs à travers les dialogues). Dans le même genre, préférez-lui 2010 L'ANNÉE DU PREMIER CONTACT.

Avatar choisi par le scifinaute

5 - 9/10 Sans nom

29 mai 2015

Tout simplement pour dire que j'ai adoré ce film : pour moi, c'est de la belle, bonne et pure science fiction.
On y trouve :
- Une réflexion sur l'humanité tout d'abord : son devenir, sa nature, ses peurs et ses espoirs
- de l'action et de l'aventure (l'homme et son esprit de conquête permanente)
- de la technique (merveilleux robots !)
- de la science (je me suis replongée dans la théorie de la relativité ... un bonheur)
- un soupçon de poésie (l'amour, les planètes et les paysages magnifiques)
- et un soupçon de nostalgie (l'évocation de 2001 "of course", mais aussi des robots de Asimov, Star Trek, Cosmos 99 ....)
Ce film sort des sentiers battus et des scénarios pré-digérés et facilement compréhensibles à l'américaine de ces dernières années. Pour moi, ce film est un mélange de réflexions métaphysiques sur l'humanité, de science fondamentale et de poésie.
Désolée .... mais j'adore !!

Avatar choisi par le scifinaute

4 - 7/10 KX69

28 décembre 2014

J'ai un avis mitigé sur INTERSTELLAR. Je ne suis pas très fan de Nolan ayant trouvé INCEPTION et THE DARK KNIGHT RISES (le seul Batman que j'ai vu) passablement empesés et il me semble que le film souffre du même défaut.
La 1ère partie, dans l'air du temps est très sombre : la terre est épuisée, l'humanité est condamnée. Seul l'amour, en particulier celui d'un père pour ses enfants est important. En cela, j'ai trouvé INTERSTELLAR thématiquement plus proche de LA ROUTE que de 2001 L'ODYSSÉE DE L'ESPACE. Dans le film de Kubrick l'homme va à la rencontre de ses origines, alors qu'ici il lutte contre son extinction.
Il y a de bonnes idées - la planète océan et ses tsunamis par ex- mais souvent atténuées par des trous de ver (parfois des trous noirs) scénaristiques : on trouve la balise immédiatement, la conclusion sur la singularité et les êtres qui nous ont aidés... Laisser le spectateur libre d'interpréter ce qu'il voit à l'écran sans nécessairement lui fournir d' explication est une bonne chose mais on a ici souvent l'impression que cela relève de la maladresse scénaristique d'autant que l'on nous convie parfois à des cours pour les nuls (la théorie du trou de ver avec la feuille percée). Le happy end est tout de même improbable.
Visuellement, ça n'a pas été la grande claque et hors la représentation du temps dans la chambre de la fillette le film n'innove pas beaucoup mais cette retenue visuelle est probablement due à une volonté de réalisme, de rendre crédible l'environnement.
Au final, INTERSTELLAR est un film dense, ambitieux, mais qui ne m'a pas transporté et que j'ai trouvé plutôt indigeste. Il nécessitera sans doute plusieurs visions et quelques années pour savoir s'il s'agit d'un soufflet vite retombé (ou d'un pudding étouffe-chrétien) ou d'une œuvre qui laissera sa marque. C'est déjà une vertu.

Avatar choisi par le scifinaute

3 - 9/10 Sans nom

19 décembre 2014

Interstellar est une excellent et intelligent film de science-fiction et d'anticipation(donnant une thèse fort plausible sur l'évolution climatique et la déshydratation de la Terre). Le scénario, loin des imbécillités assénées au spectateur depuis des années, se veut métaphysique, nous plongeant dans un univers parallèle (séquence splendide et inattendue de la plongée intemporelle du héros - joli clin d'œil à 2001 L'ODYSSÉE DE L'ESPACE). Il est certes complexe mais n'a de cesse de cultiver nos neurones.
Le film est assez long mais face à un si beau spectacle, si érudit, on se laisse embarquer durant près de 3 heures dans ces aventures spatiales ponctuées de thèses ou postulats scientifiques. Le film se veut aussi familial (nous sommes aux USA) mais évite pour une fois la sempiternelle religiosité souvent imposée par les américains pour expliquer l'évolution du monde. Une pépite à ne pas manquer pour celles et ceux qui pensent que la science-fiction n'est pas qu'un festival pyrotechnique sans âme.

Avatar choisi par le scifinaute

2 - 8/10 Yom

24 novembre 2014 --- Attention spoiler ---

On pourrait appeler INTERSTELLAR, "l'odyssée de l'espace pour les nuls". Rien de péjoratif là dedans. C'est un bon film. Ce que je veux dire par là, c'est que c'est un film dans le style de 2001 L'ODYSSÉE DE L'ESPACE, mais beaucoup plus accessible pour le spectateur moyen. Pour ma part, j'ai trouvé que 2001 avait fait pas mal de mal à la Science Fiction grand public, car trop intellectualisé, bourré de non-dits, et se terminant un peu en eau de boudin en laissant le spectateur sur sa faim. Et bien avec INTERSTELLAR, ce n'est pas le cas (même si, il faut l'avouer, ce n'est pas passé loin par moments).

INTERSTELLAR est un film de science fiction qui commence comme un film d'anticipation et se termine en space opera, en passant par ce que les pointilleux appellent la Hard Science (ou plus simplement la science fiction réaliste). C'est un peu comme si SOLEIL VERT (1973) croisait LA CONQUÊTE DE L'ESPACE (1955) en passant par 2001 (1968), ou plus modestement par DESTINATION LUNE (1950). On passe donc par tout un tas d'ambiances, d'émotions, de suspens, d'action et même des scènes qui ont fait sursauter tout le monde dans la salle. Un plutôt bon mélange.

Si vous ne l'avez pas vu, je vous conseille donc de régler cela, car finalement les presque trois heures de film passent plutôt vite, malgré quelques longueurs au début qui trouvent leurs explications vers la fin.
Si vous l'avez vu, vous pouvez continuer à lire, car la suite contient plein de SPOILERS !!!

----------SPOILERS ALERT------------
Ne lisez pas la suite sans avoir vu le film !
----------SPOILERS ALERT------------

Bon, maintenant, je vais éplucher un tout petit peu plus le film (mais malgré ce qui suit, cela reste un bon film) : tout est bien fait, aussi crédible que possible, et malgré tout il y a quelques failles (mais je ne doute pas que ce soit pour ne pas perdre le spectateur en route). Déjà, mais c'est également le cas dans beaucoup de films de science fiction, les héros ont des questions auxquelles ils devraient être capables de répondre eux même (sur le trou de ver par exemple, et c'est le coéquipier qui explique le pourquoi du comment). Je comprends que c'est pour l'expliquer au spectateur, mais c'est toujours un peu hors sujet à mes yeux (il y en a aussi de belles dans le film LA CONQUÊTE DE L'ESPACE dont je parlais plus haut, à se demander s'ils envoient vraiment des astronautes dans l'espace dans certains films, et pas des passants lambda qui passaient par là... ^_^).

Ceci mis à part, le vrai gros hic à mes yeux (et j’espère que vous avez vu le film parce que là je vais dévoiler la chute...), c'est que, d'après le héros en tout cas, c'est l'humanité du futur qui le sauve dans le trou noir... ça ne vous pose pas un problème de paradoxe ? J'explique : Cooper va dans l'espace, il finit dans un pseudo trou noir ou l'humanité du futur lui permet de prévenir sa fille de comment fuir la planète pour sauver l'humanité, cette même humanité qui va évoluer et sauver son père, pour se sauver elle même donc... mais comment peut elle exister tant qu'elle n'est pas sauvée de l'extinction sur Terre ? C'est bon, vous avez les neurones qui chauffent ?
Bon, ce n'est pas si grave. Peut être que finalement ce n'est pas l'humanité du futur mais une autre espèce... bien que la famille Cooper ait le don de deviner qui est qui (comment sa fille devine que c'est Cooper qui est son fantôme ? mystère et boule de gomme).

Ah oui, dernier point un peu gnan-gnan, le discours sur l'Amour qui permet de trouver le bon chemin... très américain dans le style, mais dispensable dans le film.

Comme je le disais avant tout ces spoilers, le film reste bon, et j'ai vraiment beaucoup aimé les robots qui sortent vraiment de l'ordinaire et amènent une vraie touche de SF-Humour-Action. Un vrai plus sans lequel le film n'aurait peut être été aussi sympathique. En tout cas, j'en veux bien un à la maison.

J'oubliais : pour répondre à Chris, Cooper donne les données extraites des analyses de la singularité qui permettent, je pense (et d'après la logique du film) de maîtriser la gravité... Ça me fait d'ailleurs penser que survivre à un trou noir est très très hypothétique (pour le commun des mortels qui ne sont pas des héros de film, on termine assez vite écrabouillé par l'énormissime gravité justement... ). J'ai cru un instant pendant le film que c'était une espèce de sphère de Dyson, mais non, apparemment c'est bien un vrai trou noir (sinon il n'y aurait pas eu de données à récupérer).

Mais sinon, c'est un bon film ;-)

Avatar choisi par le scifinaute

1 - 8/10 Chris

23 novembre 2014

INTERSTELLAR est un très bon film avec un scénario assez basique dans un premier temps. Le père célibataire (veuf) qui laisse ses enfants sur Terre et qui miraculeusement sans entrainement part sur l'un des plus grands projets spatiaux de l'humanité. Passons, après cela se corse et le côté métaphysique à la 2001 L'ODYSSÉE DE L'ESPACE prend le dessus et l'on suit une histoire haletante à défaut d'être très bien ficelée. Je n'ai pas compris ce que Cooper remet à sa fille pour sauver l'humanité, j'ai demandé à la fin autour de moi pour éclaircir ce point mais personne n'a su me répondre non plus. Bon ce n'est pas très grave car le film comme beaucoup de films de SF est avant tout là (je pense) pour divertir. Il réussit avec de parfaits effets spéciaux à maintenir un suspense et tout est parfait. Cependant comme beaucoup de productions de Christopher Nolan il y a parfois des difficultés de lisibilité scénaristique et vulgarisatrice qui collent je trouve mal et donnent l'impression de rester sur sa faim (je n'avais pas aimé INCEPTION). J'ai du mal à l'expliquer, bon mais j'ai trouvé tout de même ce film globalement excellent.

Connexions