Logo SciFi-Movies
Logo SciFi-Movies
Star Wars : épisode VII - Le Réveil de la Force

6


5

Star Wars : épisode VII - Le Réveil de la Force

(Star Wars: Episode VII - The Force Awakens)
2.0 étoiles

Un film réalisé par J.J. Abrams
2015 - 135 minutes - Couleur - Dolby EX 6.1 - 1.43
Voir toutes les productions et sorties américaines (Etats-unis) Voir tous les titres en fausse 3D (convertion)

Les critiques

Nombre de critiques : 5
Total des points : 23
Moyenne obtenue : 4.60/10

Ajoutez une critique

Affiche française du film Star Wars : épisode VII - Le Réveil de la Force (Star Wars: Episode VII - The Force Awakens)
Avatar choisi par le scifinaute

5 - 5/10 Sans nom

02 juillet 2016

A vrai dire, je n'attendais pas grand chose de ce dernier opus, n'étant pas très intéressé par le cinéma actuel, et je dois dire que sur ce point, il ne m'a pas déçu. Comme le font justement remarquer les trois premières critiques, le film pioche allègrement dans la trilogie originale, sans se priver, il n'y aura donc aucun mystère à ce niveau. Le "méchant" du film est absolument ridicule, et les deux personnages, on va dire principaux, me posent problème. D'abord le stormtrooper black, sans relief, plaqué ici parce que les productions télé et ciné us ont l'obligation, politiquement correcte oblige, d'avoir des acteurs de couleur à l'écran. Ensuite, le personnage de la fille du désert, dont je ne sais plus le nom, qui est dans cette histoire pour faire plaisir aux féministes américaines. N'oublions pas qu'elles sont très actives et écoutées dans le show biz, et chez les démocrates. Maintenant que la saga appartient à la compagnie Disney, attendez-vous à des films très formatés.

Le réalisateur de cette oeuvre a touché un salaire de 30 millions de dollars (hallucinant), il a été adoubé, n'en doutant pas, par la direction actuelle de Disney, et je ne m'étendrai pas sur ce point. Bon d'accord, il co-produit le film, mais quand même...

Sachez également que la force ne nécessite plus un long apprentissage, un jedi peut l'avoir en une heure (si,si). A la fraîcheur du film de 1977 a succédé une chose destinée à faire vendre des produits dérivés, et là, chapeau bas, le film est un immense succès. George Lucas, dont le contrat stipulait qu'il avait un droit de regard sur l'histoire, n'aura jamais été écouté. Il a pris une bonne décision financière, mais s'est bien planté sur le choix de ses partenaires. JJ Abrams aura beau porter des casquettes de foot us pour faire dans le coup, il n'est pas de la génération STAR WARS et je pense qu'il s'en fout .

Pour finir, les effets spéciaux se payent le luxe d'être moins impressionnants que ceux du "retour du jedi", un comble, puisque 32 ans séparent les deux films .

Enfin, pour achever de se payer notre tête, le film sera présenté en 3D et en Imax, alors qu'aucunes caméras ni Imax ni stéréoscopiques n'ont été utilisées sur le tournage Moi, je n'aurais pas payé pour voir le film, de toutes les façons. Un conseil à l'usage de certains : si vous n'aimez pas ce genre de films, ne vous les infligez pas pendant deux heures, SVP .

Je finirais en dédiant cette passade à notre ami Francis Schall, qui avait consacré au moins deux années de sa vie à décortiquer la saga, et qui nous a quitté récemment.



Avatar choisi par le scifinaute

4 - 3/10 Jotunheim

26 mars 2016

LE CHOC DE LA SIMPLIFICATION

[SANS SPOILER]
Il y a déjà beaucoup de critiques pour ce star wars 7, je vais donc être assez direct.
Je l'ai vu au ciné en VOST et en 3D.
En toute objectivité, Il est plaisant de se retrouver de nouveau dans l'univers Star Wars , avec ses étoiles scintillantes, ses paysages époustouflants, ses batailles épiques, ses races exotiques et le retour de certains personnages. MAIS passée cette joie, c'est un véritable choc de la SIMPLIFICATION!

Dès le départ, les acteurs ne semblent pas très habités par leur rôle lors de la première partie, ils semblent plus ici pour s'amuser, à l'image des premières scènes où les personnages, alors qu'ils risquent leur vie, blaguent et discutent comme s'ils sirotaient un Pastis sur la plage, leur attitude est assez caricaturale, j'avais l'impression d'être au théâtre pour voir une comédie bon marché, cela s'arrange dans la deuxième partie mais la présence de certains demeure incohérente ou expliqué maladroitement. Le scénario quant à lui perd visiblement en densité narrative et sa dimension tragique est appauvrie pour être remplacé par une succession de scènes d'action à l'humour facile. Cette succession de scène d'actions est si régulière, que contrairement aux autres films, aucune ne semblent vraiment ressortir. La force est réduite à un don que l'on maîtrise comme faire un pâté de sable sur la plage de Deauville. L'ensemble est hautement prévisible et une bonne partie des séquences sont reprises des anciens films. Je ne parle pas du niveau de vocabulaire qui s'est lui aussi appauvri, il ne dépasse pas l'école primaire. Si le public visé sont les ado alors c'est une véritable insulte pour eux car on les prends assurément pour des idiots décérébrés en mal de laser et d'effets colorés.

C'est d'autant plus agaçant qu'avec les millions de dollars dont les studios Disney disposent, ils auraient pu engager de jeunes scénaristes talentueux pour relever l'ensemble et apporter de nouvelles idées et une véritable richesse dans l'histoire, les dialogues et les personnages...

Bien sûr certains diront que Star Wars, c'est des batailles au sabre laser, des vaisseaux spatiaux, un univers grandiloquent MAIS le vrai univers Star Wars c'est aussi une histoire épique et tragique, de l'originalité, des mondes impliqués dans une politique complexe, de vrais instants de joies ou de tristesse, une philosophie mystique qui est celle de la force ...le réalisateur JJ Abrams et l'empire Disney semblent l'avoir oublié pour ne favoriser que couleurs et actions faciles sans souci de cohérence... espérons que les épisodes suivants relèveront ce nouveau départ assez faible et infantilisant.

[AVEC SPOILER]
L'univers reste beau et attrayant, le plaisir de voir les acteurs des anciennes trilogies qui jouent juste est agréable, il y a quelques moments forts cependant ... Incroyable, ils ont juste repris nombre de scène des anciens films, je pense à l'étoile noire, même les scènes avec les vaisseaux dans les tranchées! Mais tout est débarrassé de suspense ou d'enjeu dramatique. La force n'en parlons pas, on manie un sable laser comme un jouet en plastique acheté chez Auchan, et cette force, Rey la maîtrise sans mal pour le combat ou la persuasion... sans entrainement mais que fait Yoda? Pour les minorités, on met un black comme clone, on balance une explication débile, n'importe quoi! je n'ai rien contre les blacks mais ils auraient pu mettre un acteur noir pour faire un autre personnage important mais pas un clone. Les membres de l'empire sont tous des nazis excités, on verse vraiment dans la caricature et le stéréotype. Le personnage maléfique Kylo Ren n'est pas très charismatique et n'a pas la noblesse de ses prédécesseurs (Anakin, Doku, Dark Maul ou bien sûr Dark Vador) il me fait plus penser à un gamin capricieux qui détruit ses Lego lorsqu'il n'est pas content. Bref, tout cela me parait très infantile et bâclé et pourtant avec un tel budget et un tel univers... Je finirai par deux questions : pourquoi ne pas avoir utiliser les excellents livres de Timothy Zahn qui se déroulent sur la même période? Mais ou est passé Irvin Keshner?

Avatar choisi par le scifinaute

3 - 0/10 KLAPAHOUK RAPHAEL

10 mars 2016

Honteux, réchauffé, affligeant.. Cet épisode fait honte à la Saga.
Voici des choses anormales :
Sans y voir un racisme d'aucune sorte ni de sectarisme,
1. les Stormtrooper sont des clones d'origine mélanésiennes, tous clonés à partir de Jango Fett, père de Boba qui deviendra chasseur de prime (Pitié, regardez l'épisode n°3).
2. Il faut un long apprentissage pour devenir Jedi, et le jeune Anakin en sait quelque chose (voir épisode 1, 2 et 3), dans ce triste épisode, une femme Jedi le devient en quelques jours. Et quid de son âge...Yoda dirait: Beaucoup trop vieille elle est !
mais le pire est à venir :
3. Un pseudo Jedi fils de ...., avec une "gueule d'ange" qui tue Han Solo.
Depuis quand les Jedi du côté obscur ne sont ils plus marqués par la haine (voir épisodes 4, 5 et 6), souffrance, peur, colère (dixit les Paroles de Maître Jedi) ?

A tous les puristes avide d'authenticité, voyez, revoyez les épisodes 1 à 6 et passez votre chemin sur ce vague ersatz qui a réussi à faire devenir les Jedi du côté obscur pour des androgines névrosés en quête de revanche sur Papa.
Une bonne consultation chez un psychanalyste lui ferait du bien.
Signé : Un fan de 50 ans en colère !

Avatar choisi par le scifinaute

2 - 7/10 Chris

25 janvier 2016

Globalement déçu tout de même par cet opus d'une nouvelle trilogie. Déçu par l'histoire déjà, car la suite approuvée par Lucas a déjà été écrite par Timothy Zhan, déçu ensuite par le scénario fourre-tout, les clins d'oeil aux autres films, le déjà-vu prégnant. J'ai plus l'impression d'avoir vu une manière de parodie par moment qui parfois tient aussi de LA FOLLE HISTOIRE DE L'ESPACE. Non le film est bon, le visuel toujours là, Harrison Ford ne cabotine pas et sort plutôt grandi. Mais cela sent tout de même le réchauffé, c'est beau (je l'ai vu en 3D), les effets spéciaux sont superbes. Quand même le scénario est moyen, il y a la république et si le 3ème ordre se dévoile il y a déjà la rébellion qui est là donc tout était prévu alors? on comprend mal l'histoire qui est un cache misère, parfois copié sur les autres (la cantina, l'arme suprême, l'attaque des rebelles qui perdent au début et qui gagnent après). Ces rebelles eux n'ont pas évolué niveau vaisseaux et fringues. Kilo Renn ne fait pas vraiment un grand méchant particulier et peine à faire oublier Vador. Acceptable comme film mais à mon sens rien de très nouveau.

Avatar choisi par le scifinaute

1 - 8/10 Sans nom

27 décembre 2015

J'avoue avoir apprécié ce septième épisode de Star Wars, qui, contrairement aux précédents - infantiles et ennuyeux - manie assez bien le second degré et ne s’embarrasse pas trop d'un mysticisme de pacotille. La musique est toujours aussi pompeuse, les personnages stéréotypés, le scénario toujours aussi prévisible convenu et les scènes d'action convenus (on trouve également les traces du racisme latent des Américains qui interdit à l'homme noir de toucher à la femme blanche) mais tous ces défauts sont largement compensés par le talent d'un réalisateur hors pair : cadrage parfait, plans géniaux, jeu de caméra hyper-dynamique, découpage époustouflant. Un très bon spectacle, peut-être un peu long vers la fin (l'habituelle bataille dans l'espace qui dure près d'un quart d'heure ; du moins m'a-t-il semblé) où, pour une fois, les machines et le vaisseaux ne se contentent pas d'être de simples maquettes habilement incrustées, mais participent par divers détails, à rendre cet univers d'heroic-fantasy vivant et (presque) crédible...