Logo SciFi-Movies
Logo SciFi-Movies

» Votre historique...

Historique de navigation...

» Quoi de neuf sur Scifi-Movies ? Icone RSS


Retrouvez toutes les mises à jour et les news du site jour par jour

Star Trek : premier contact

0


0

Star Trek : premier contact

(Star Trek: First Contact)
4.0 étoiles

Un film réalisé par Jonathan Frakes
1996 - 111 minutes - Couleur - Dolby Digital - 2.35
Voir toutes les productions et sorties américaines (Etats-unis)

Les critiques

Nombre de critiques : 8
Total des points : 61
Moyenne obtenue : 7.63/10

Ajoutez une critique

Affiche française du film Star Trek : premier contact (Star Trek: First Contact)
Avatar choisi par le scifinaute

8 - 8/10 Fog Horn

08 juin 2017

Après le raté GÉNÉRATIONS, Jean-Luc Picard et les autres sont de retour avec ce STAR TREK : PREMIER CONTACT, le meilleur des quatre films consacrés à l'équipage "Next Generation" (et de loin !). Le point fort, c'est l'excellent scénario qui exploite de façon amusante les origines de Starfleet via le personnage de Zefram Cochrane (et le fameux "premier contact"), mais aussi qui met en scène les Borgs, sorte de zombies cyperpunks fascinants aux pouvoirs d'adaptation et d'assimilation surprenants. A leur tête, l'actrice Alice Krige signe une prestation incroyable à l'érotisme assez troublant et son tête-à-tête avec le robot Data sur les notions d'humanité et d'individu vaut son pesant de bière romulanaise. La tonalité est globalement moins grand public de cet épisode étonne et c'est ce qui fait une de ses qualités. Ce qui n'empêche pas le divertissement d'être total avec de l'action, de l'humour, de la réflexion et des effets spéciaux convaincants.

Avatar choisi par le scifinaute

7 - 7/10 FENRIR

19 décembre 2010

Excellent, toujours respectueux de l'ensemble de l'oeuvre. Les premiers effets vraiment spéciaux. Plusieurs problématiques abordées avec brio inclus dans un scénario assez linéaire mais tenant tout de même en haleine. Bon jeu d'acteur. A voir.

Avatar choisi par le scifinaute

6 - 8/10 Ubik

01 février 2009

Pour moi, voici l'un des meilleurs (sinon le meilleur) film de la saga. PREMIER CONTACT est un peu la synthèse de tout ce qui fait la force de l'univers Star Trek, mais sans la naïveté et le côté kitch qu'on peut trouver dans certains prédécesseurs et épisodes tv. C'est aussi le film le plus sombre (on a parfois l'impression d'être dans un film d'épouvante) et où le personnage de Jean-Luc Picard atteint une ambiguïté surprenante. Le scénario exploite bien les possibilités du voyage temporel, bien aidé par les somptueux effets spéciaux d'ILM, et l'interprétation est à la hauteur (avec une mention pour Alfre Woodard). A voir et à revoir.

Avatar choisi par le scifinaute

5 - 9/10 fifidiver

29 mars 2005

Je suis fan de star trek de la 1ere heure, et on tient là un FILM! Le ressort scénaristique de la vengeance de picard, même si c'est un commun, donne une vision d'une facette de notre chauve capitaine rarement vue. Et que dire du role de DATA, traître? ou simplement humain?. Bref, un épisode philosophique. Car la question qui demeure est doit on détruire les borgs? Sommes nous dans le vrai? ou les borgs? a discuter!

Avatar choisi par le scifinaute

4 - 6/10 Anan 7

20 août 2003

Un film correct parmi la grande lignée des blockbusters star trek de la paramount qui sont pour la plupart de qualité médiocre. Le scénario est basique et aurait pu être celui d'un épisode de next generation. Seuls les effets spéciaux permettent de différencier premier contact d'avec un épisode de la série traitant également des borgs comme le meilleur des deux mondes. Sinon comme dans la plupart des films star trek le scénario est un mix de plusieurs épisodes de la série ainsi on ressort les borgs les vulcains une histoire de voyage dans le temps et c'est reparti pour un tour. Tant que ça rapporte de l'argent à viacom pourquoi se priver? En attendant hormis il est vrai de bon effets spéciaux et une ambiance plus tournée vers l'action que dans la série, le film a une histoire vraiment banale et les quelques scènes soit disant humoristiques sont nazes. On regarde sans grande excitation l'homme de picardie devenu par la magie de la télé capitaine de l'entreprise et ses amis des states, le noir, le costaud, la playmate, le klingon et le robot se battre avec des lasers contre les borgs. Pas une once d'originalité du vu revu et rerevu on se demande ou ils vont pêcher les scénaristes et même si ils en a crédités pour ce film tellement l'histoire est soporifique.

Avatar choisi par le scifinaute

3 - 7/10 BELMONT Frédéric

17 juin 2003

Une réussite! Tout y est: scénario enthousiasmant, scènes d'action, moments d'humour et de détente, moments de drame, développement des personnages (les retrouvailles de Picard avec les Borgs), effets spéciaux impressionnants (la Terre minéralisés et le vortex temporel, les morceaux de Data mis à nu et le combat final en apesanteur), révélations historiques pour l'univers Trek (le nouvel Entreprise-E, le premier vol du scientifique Cochrane, le premier Contact avec les Vulcains). La remontée en 2063 n'est pas une interaction avec des épisodes connus et permet de revisionner un chapitre inédit de la conquête de l'espace par les Terriens. On est très étonné d'apprendre que c'est le peuple de Spock (et non la Terre) qui est à l'origine de la fédération Unie des planètes. Star trek 9 est d'ailleurs la seconde plus grosse recette de la série derrière le 4 et a d'ailleurs largement inspiré la création de la nouvelle série "Entreprise" qui se déroule au 22ème siècle!

Avatar choisi par le scifinaute

2 - 9/10 Sans nom

07 juillet 2002

Vraiment un bon film et compréhensible (je pense pour les non initiés :) une belle histoire qui nous emmène dans le passé avec un début de paradoxe temporel comme les aimes les scénaristes, mais bien rattrapé par le capitaine Picard et son équipage. Voila à voir pour comprendre !

Avatar choisi par le scifinaute

1 - 7/10 Le Rescator

06 juin 2000

« Star Trek First Contact » est un moyen comme un autre de rentrer dans la digne série. Ni le meilleur, ni le pire. Mais peut-être même un des plus motivants, en tant que 8ème contribution à cette tragi-comédie intergalactique. Pourquoi donc ? Eh bien parce que pour une fois, on y comprend à peu près quelque chose dans tout ce fatras techno-linguistico-intello, tout ce gloubiboulga que nous servent avec flegme et sérieux les héros de cette saga depuis une bonne vingtaine d'années. Passons en effet sur l'histoire de base qui narre ici la vie, dans le passé (soit un 21ème siècle après la « big last war »), de l'inventeur du système de propulsion dont vont se servir, dans le futur, les futurs vaisseaux de la future big flotte spatiale. Massif quoi. Comment Picard et ses hommes arrivent là ? Heu! C'est un peu complexe à dire là, d'un trait d'un seul! Les turpitudes du dit inventeur, Zefram Cochrane, sont franchement cucu!, tout comme la vie sexuelle de deux membres de l'Enterprise, dont on se fiche éperdument. On dirait ces passages sortis d'un téléfilm estival de TF1!
Arrêtons nous en revanche sur la seconde histoire dans l'histoire : celles des Borgs. Une magnifique allégorie de ce que pourrait devenir (dans 50 siècles) une humanité déshumanisée, bouffée par les ordinateurs, les mécanismes, les boulons et les micro-processeurs. Tout ce qui les concerne est sobrement stylisé dans le film : leurs armures, leur vaisseaux, leur reine surtout. Ah, leur reine ! Sublime diva de cuir et de fer qui arrive presque à se rendre érotique devant le commandant Picard et devant le spectateur. On lui coulerait bien une bielle la garce ! N'est-ce pas Picard, vous qui fûtes un jour de méprise, l'un de ces Borgs azimutés ? Il en est tout secoué le pauvre !
Le film est rempli, en sus, de petites anecdotes, d'idées intelligentes : tel ce passage avec un docteur hologramme chargé malgré lui de retarder un borg peu engageant. Telle la torture de Data, l'humanoïde gentil de l'équipe, en lui greffant un morceau de peau humaine qui lui fait perdre raison (car oui, il en a une). Tel ce programme capable de recréer à volonté n'importe quelle réalité virtuelle autour de soi (hé hop, on s'retrouve dans le Chicago des années 30 !).
Le tout est enlevé, parfois un peu décousu, mais toujours prenant. On se dit (ceux qui y sont d'ordinaire allergiques) que la SF n'est pas le tissu de conneries présenté à longueur de temps. On en ressort avec l'envie urgente de voir les autres films de la saga. Mauvais réflexe : ils n'en valent pas tous la peine, loin de là. Loin, loin dans l'espââââââââââââââââce!!!