Logo SciFi-Movies
Logo SciFi-Movies
King Kong

0


3

King Kong

(King Kong)
3.0 étoiles

Un film réalisé par Peter Jackson
2005 - 187 minutes - Couleur - Dolby Digital - 2.35
Voir toutes les productions et sorties néo-zélandaises (Nouvelle-zélande)Voir toutes les productions et sorties américaines (Etats-unis)Voir toutes les productions et sorties allemandes (Allemagne)

Les critiques

Nombre de critiques : 9
Total des points : 59
Moyenne obtenue : 6.56/10

Ajoutez une critique

Affiche française du film King Kong
Avatar choisi par le scifinaute

9 - 7/10 Chris

20 mars 2017

J'ai trouvé ce remake de Peter Jackson de très bonne facture et il est le digne héritier du film de Schoedsack. C'est une relecture de cette œuvre culte qui mêle tout à la fois l'esthétisme d'un INDIANA JONES et l'intensité dramatique d'un JURASSIC PARK. Cette œuvre fait donc la synthèse du cinéma d'aventure de toutes les époques et nous emporte dans un scénario parfois longuet mais d'un ton vraiment distrayant et plein de bons effets spéciaux.

Avatar choisi par le scifinaute

8 - 7/10 Ubik

24 mars 2008

Ce deuxième remake est avant tout la concrétisation d'un rêve de gosse, et Peter Jackson a réalisé la plus belle déclaration d'amour qui soit au chef-d'oeuvre de Cooper et Schoedsack. Mais plus qu'un hommage, son KING KONG est un divertissement total qui, grâce à un budget monstrueux, en met plein les mirettes. Peut-être trop d'ailleurs, Jackson se montrant un poil trop généreux. Car trois heures c'est quand même long, et à un moment on frôle la surdose de monstres. Mais la sincérité du film, ses séquences incroyables (le bateau menacé par les récifs, la bataille entre Kong et les TRex) et la belle histoire d'amour (magnifique danse de Kong et Naomi Watts sur le lac gelé) emportent forcément l'adhésion.

Avatar choisi par le scifinaute

7 - 8/10 motoko

01 avril 2007

Je viens de regarder la version longue, je m'attendais a un remake poussif dans le fond et dans la surenchère dans la forme et bien je suis agréablement surpris. En un mot SUPERBE. La rencontre avec les indigènes est effrayante, le décor et les plans sont superbes, le périple dans la jungle réserve son lot de sensations fortes (bien sur surenchère d'effets spéciaux et héros un peu trop chanceux mais ne boudons pas notre plaisir !!)
Bref pour faire court les 3 heures et... sont passées comme une lettre a la poste et mes compagnons et moi avions les yeux rivés sur l'écran accueillant chaque rebondissements avec délectations et effroi ! Je vais peut être choquer certaine personne mais le singe est criant de vérité (c'est le cas de le dire ^^) et l'émotion qu il transmet même si elle est basique n'en ai pas moins extrêmement forte et communicative, je dirai même que Naomi Watts ne tiens pas la comparaison. En effet dans le film elle tient le rôle d'une actrice de music hall et bien elle joue chaque scène comme tel c'est a dire dans l'abondance et dans l'excessif ! Elle ne m'a quasiment pas arraché une émotion de tout le film ! Bien sur le transport de la bête a disparu du film et quelque chose manque effectivement... En somme Peter Jackson fait des films longs, addictifs, superbes dans la forme et honnête dans le fond ! En tout cas moi j en redemande !

Avatar choisi par le scifinaute

6 - 5/10 leticia

11 février 2007

Tout simplement génial!!! Les effets spéciaux, l'histoire d amitié (et ou d amour si l'on peut dire entre la belle et la bête). Un beau remake!!!! Peter Jackson n'a pas cessé de nous éblouir je pense... bon réalisateur, magnifique film!!!

Avatar choisi par le scifinaute

5 - 6/10 KX69

10 février 2007

De belles images bien léchées, des effets numériques à couper le souffle, des scènes d'action « énormes » (un peu trop d'ailleurs), des mouvements de caméra virtuoses. Mais un manque évident d'âme et d'émotion. On ne s'attache ni à la créature, ni aux personnages et il ne reste qu'une démonstration technologique un peu bourrative. Je ne le comparerai pas au King Kong originel de 1933 mais je préfère de loin la version de Guillermin et encore plus « le colosse de Hong Kong » qui eux font place au rêve et à l'imagination.

Avatar choisi par le scifinaute

4 - 6/10 Fog Horn

02 septembre 2006

Autant l'original de 1933 m'avait fasciné, autant ce remake, bien que techniquement irréprochable, m'a royalement ennuyé. Pour tout dire, j'ai eu l'étrange l'impression de regarder un énième Jurassic Park, l'orgie d'effets spéciaux y étant certainement pour beaucoup. En fait, l'ensemble est beaucoup trop sage, on est là face à un blockbuster grand public dont le seul but semble être de divertir (le côté "aventure dans la jungle" doit bien faire les 2/3 du film), le côté émotionnel se révélant très souvent artificiel, accentué à grands coups de musique pompeuse, de soleils couchants et de glissades romantiques sur une patinoire (en bref il n'a pas la finesse de son illustre modèle). Je le répète, ce film est super bien foutu dans la forme... mais creux dans le fond.

Avatar choisi par le scifinaute

3 - 7/10 Sans nom

10 avril 2006

Pour faire une comparaison objective, il est intéressant de revoir la version de 76 de John Guillermin dans de bonnes conditions, avec une version remasterisés en DVD sur grand écran et son multi-canal et vous seriez étonné de redécouvrir un film puissant et tout en émotions. Partant de ce constat on se rend compte que le film de Peter Jackson n'enterre pas forcément son prédécesseur même si Jackson bénéficie de la technologie numérique actuelle.... Mais commençons par les cotés négatifs :

- Plus de 50 minutes de film pour arriver sur l'ile et moins d'1 mn 30 pour que l'équipage découvre une civilisation.
- Puisque nous sommes dans le gigantisme, la muraille du village en impose moins que dans la version 76
- Andy Serkis en cuistot qui mâchonne son mégot nous délivre un numéro façon Ross Martin (Arthemus Gordon) dans Les Mystères de L'ouest… C'est King Kong ou Benny Hill?
- On nous refait le plan des gars qui survivent à une chute vertigineuse (le tronc-passerelle) ou à un déluge de dinosaures dans un couloir, pas top-crédible...
- Le piège pour la capture de Kong est foireux et on zappe le transport de la bête sur l'épave qui sert de bateau et pour cause... version 76, le piège est plus inventif et spectaculaire et le transport apporte ses petits moments.
- Quelques ébauches de rapports entre les personnages, non finalisés.
- Les dialogues sont creux et le thème musical fait son minimum syndicale sans être identifiable, plutôt dommage pour ce mythe moderne.
Bref, Peter Jackson s'est concentré sur le spectacle pur sans trop soigner le contexte, nous sommes là pour la grosse bébête mais tout de même...

Pour les bons points :
- Bonne idée de réinstaller l'histoire dans les années 30 qui donne l'occasion d'une belle reconstitution du New York d'alors. Merci le numérique.
- Naomie Watts est très jolie ne boudons pas notre plaisir.
- L'effarant passage de castagne de Kong avec 3 T-rex suivit de leur dégringolade dans les lianes, rare moment de créativité dans le film.
- Une poétique séquence de patinage improvisée.
- L'attendue démolition en ville et le vertigineux final sur l'Empire State Building.

Finalement c'est pas si mal, le spectacle est au rendez vous et Kong est magnifique mais on attendait peut être mieux de la part du réalisateur de la formidable trilogie du S.D.A., paradoxalement, pour une histoire d'amour impossible ça manque de finesse, pour preuve le mot de la fin de Jack Black plutôt balourd : "..c'est la belle qui a tué la bête.."

Avatar choisi par le scifinaute

2 - 5/10 Sans nom

14 février 2006

Beaucoup d'effets spéciaux, un King Kong assez réaliste dans les détails visuels, dans ses mouvements, et dans son interaction avec le décor et avec les autres personnages. Beaucoup de combats, de destruction, de grraawwraw, et de grrorrwmph.....
.....Le scénario?.... Euh!
Pourquoi y avait-il des dinosaures sur l'île du crâne??!
Bref si vous en avez soupé des films à sensations avec une histoire débile et où on sort des violons maladroits pour essayer de vous faire pleurer, vous risquez de vous ennuyer ferme, voire de vous énerver! Je vous aurais prévenu!

Avatar choisi par le scifinaute

1 - 8/10 BELMONT Frédéric

19 décembre 2005

J'ai vraiment de la chance : ce dimanche soir, je suis allé voir la nouvelle adaptation cinéma de « King Kong 2005 » signée Peter Jackson puis, en rentrant chez moi, j'ai allumé à tout hasard la télévision et suis tombé sur Paris Première qui diffusait le tout premier « King Kong » en Noir & Blanc de Merian Cooper & Ernest Shoedsack (pas revu par moi depuis l'âge de 6 ans en 1983) ! J'ajoute à cela que je connais également le remake de 1976 produit par John Guillermin, que sa version m'avait traumatisé et que j'en avais d'ailleurs publié une critique basée uniquement sur des souvenirs dans ce site il y a deux ans et demi ! Eh bien force m'est de reconnaître que la Version 2005 est la meilleure de toute, il s'agit incontestablement du meilleur film de l'année avec « La Revanche des Sith » de Tonton Lulu !
Tout d'abord, sachez que King Kong 2005 a vu le jour grâce à un budget colossal de plus de 200 millions de $ et que sur ce plan, il n'a rien à envier à « Titanic », par exemple ! Tout comme le film de James Cameron, il s'étale sur une durée de 3 heures 7 minutes ! Autant dire que l'auteur a pris son temps pour nous en mettre plein la vue ! Contrairement au remake de 1976, ce « King Kong » nouveau ne se déroule pas à l'époque actuelle mais bel et bien en 1933, à l'époque de sortie du premier film. Personnellement, je trouve que ce clin d'oeil volontaire est une bonne idée car cela nous évite de penser au 11 septembre et à notre terreur actuelle des avions de ligne. La période de l'entre-deux guerres est aussi un temps où le bon peuple acceptait encore l'hypothèse d'ultimes terres inconnues, ce qui n'est plus possible de nos jours avec les satellites d'observation ! Le défi proposé par Jackson est ainsi double : proposer des monstres plus vrais que nature + une reconstitution convaincante de l'Amérique de la Grande Dépression.
Objectif réussi puisque le New York des années 30 est époustouflant de réalisme : les plans sont larges, ils fourmillent de détails, je n'ai jamais vu autant de Ford T dans un film, les costumes sont irréprochables, il n'y a pas un seul anachronisme; on se rend vite compte que New York était bien la ville la plus moderne et la plus prospère du monde au début du 20ème siècle, avec une forêt de gratte-ciel déjà très impressionnante qui lui donnait un cachet vraiment unique en son genre ! Je passe sur le scénario de base (pas très fouillé, mais c'était aussi le défaut du premier film donc.) ainsi que sur le voyage en bateau, pas très enthousiasmant à mon goût pour m'attarder sur la représentation fascinante de la mystérieuse Île de Crâne. Les décors sont grandioses et effrayants : le brouillard ténébreux, les récifs déchiquetés, la démesure de la forêt et des créatures qui la peuplent ! On reconnaît sans mal la griffe du réalisateur du « Seigneur des Anneaux », d'autant plus que les scènes de l'île sont également tournées en Nouvelle Zélande ! Le village des indigènes est une réussite et, n'en déplaise aux puristes, personne ne pouvait croire au Mythe du Bon Sauvage! Les effets spéciaux sont de toute beauté, les monstres préhistoriques rappellent « Jurassic Park » (surtout la course) quoique l'idée de départ n'est pas de plagier Spielberg mais de rester fidèle au premier film. D'ailleurs, les combats entre King Kong et les tyrannosaures sont dantesques, avec une action soutenue et des idées extraordinaires, comme la lutte dans le fossé au milieu des lianes ! Les marins ne sont pas en reste, les scènes de lutte ou de survie valent franchement le détour, certaines images choqueront les âmes sensibles et je suis étonné que l'équipage ne s'en sorte qu'au prix de 17 pertes (aux dires du cinéaste lors de l'attraction de Broadway). Le gorille géant est un excellent catcheur, les images de synthèse n'en font pas un être froid et désincarné : bien au contraire, il semble plus vrai que nature par rapport aux anciennes marionnettes! Petit détail amusant que je suis sans doute le seul à révéler : le groin du grand singe ressemble à un coeur. C'est peut-être une manière de signifier combien la bête s'attache à sa frêle créature, la jeune Anne Darrow ? Mais je garde le meilleur pour la fin : la ruée du monstre dans la ville ! La scène attendue de l'escalade sur l'Empire State Building est époustouflante, je suis très content qu'elle se déroule en plein jour plutôt que dans une nuit d'encre qui aurait masqué d'éventuels fils ou ajouts d'image numérique à la sauvette! Les mouvements de caméra sont étourdissants mais jamais confus ! A vrai dire, je n'avais jamais ressenti un tel vertige dans un film américain (mis à part ceux de la Géode au Musée des Sciences & de l'Industrie)! Mais je ne veux pas gâcher la surprise à ceux qui n'ont pas vu encore vu le film !
Peter Jackson nous livre un chef d'ouvre incontestable, à faire pâlir les auteurs de 1933 et 1976. Les trucages sont extraordinaires et tous très convaincants (rien à voir avec l'animation image par image de la première marionnette ou encore les ajouts d'image sur fond bleu de la première version couleur), on en a vraiment pour son argent, ceux qui vous diront le contraire sont des menteurs ! Toutefois, cette superproduction souffre de légers défauts que je me dois de mentionner : d'une part, les dialogues sont rares et guère travaillés, Peter Jackson ayant surtout misé sur le visuel. D'autre part, la séquence où King Kong s'évanouit en respirant du chloroforme est certes splendide mais on ne voit pas comment la Bête est transférée en Amérique. Le rafiot Venture avait-il réellement la capacité de transporter ce gros gibier à lui tout seul? Autre déconvenue : si la scène de patinage entre la Belle et la Bête sur le lac gelé est aussi crédible qu'amusante, je ne crois pas une seconde en la témérité et la débrouillardise d'Anne sur les hauteurs de l'Empire State Building ! En effet, elle ne porte plus qu'une robe légère alors que nous sommes en plein hiver ! Les vents qui règnent à cette altitude auraient dû la frigorifier voire la déstabiliser, les barreaux d'échelle métalliques auxquels elle s'accroche à mains nues auraient dû lui scier les doigts ! A moins que ses talents d'opérette lui donnent une agilité de chamois, je n'en reviens pas que l'héroïne ne souffre d'aucun vertige et qu'elle ne dérape aucunement sur le métal givré de la coupole métallique ! Mais en tous cas, bien que la fin soit prévisible, le suspense est présent : haletant et sidérant ! Foncez voir « King Kong 2005 » : vous ne serez pas déçus !

Connexions