Logo SciFi-Movies
Logo SciFi-Movies

» Votre historique...

Historique de navigation...

» Quoi de neuf sur Scifi-Movies ? Icone RSS


Retrouvez toutes les mises à jour et les news du site jour par jour

L'invasion des profanateurs

0


0

L'invasion des profanateurs

(Invasion of the Body Snatchers)
3.0 étoiles

Un film réalisé par Philip Kaufman
1978 - 115 minutes - Couleur - Stéréo - 1.85
Voir toutes les productions et sorties américaines (Etats-unis)

Les critiques

Nombre de critiques : 2
Total des points : 12
Moyenne obtenue : 6.00/10

Ajoutez une critique

Affiche française du film L'invasion des profanateurs (Invasion of the Body Snatchers)
Avatar choisi par le scifinaute

2 - 8/10 Fog Horn

18 juin 2017

Un très bon remake qui adapte intelligemment à son époque le propos de l'oeuvre initiale : au revoir la paranoïa anti-communiste des années 50 et bonjour les métropoles déshumanisées dont les rues sont arpentées par des piétons quasi-zombifiés (un thême toujours d'actualité). Porté par des comédiens tous excellents, ce film bénéficie d'une mise en scène efficace dans le plus pur style des années 70, c'est-à-dire sobre mais percutante aussi bien dans les moments de tension que dans les moments purement horrifiques (voir la scène des bains de boue par exemple). La photographie contribue également à l'ambiance glauque qui se dégage du métrage.

Avatar choisi par le scifinaute

1 - 4/10 Sébastien

17 janvier 2006

2ème des 3 versions du même sujet, inaugurée fin 50's par Don Siegel, "l'invasion des profanateurs de sépultures", et clôt -pour l'instant- par Abel Ferrara dans les 90's avec "Body Snatchers". L'intérêt du sujet est quasi-sociologique : voir ce que chaque réalisateur en fait en fonction de son époque éclaire chacune des deux autres versions. Celle de Kaufman, datant de 1979, traite de la paranoïa urbaine, avec un Léonard "M. Spock" Nimoy en psychanalyste extraterrestre ambigu, qui explicite à lui seul la thématique du film. Un film réalisé sans beaucoup d'ambition, mais avec visiblement beaucoup de plaisir, ce qui donne droit à des FX délicieux et quelques scènes de parano collective non moins agréables.