Logo SciFi-Movies
Logo SciFi-Movies

» Votre historique...

Historique de navigation...

Gamera contre Guiron

0


0

Gamera contre Guiron

(Gamera tai daiakuju Giron)
3.0 étoiles

Un film réalisé par Noriaki Yuasa
1969 - 83 minutes - Couleur - Mono - 2.35
Voir toutes les productions et sorties japonaises (Japon)

Les critiques

Nombre de critiques : 2
Total des points : 13
Moyenne obtenue : 6.50/10

Ajoutez une critique

Affiche japonaise du film Gamera contre Guiron (Gamera tai daiakuju Giron)
Avatar choisi par le scifinaute

2 - 6/10 Fog Horn

07 août 2016

Après un épisode précédent honteux, ce cinquième opus de la saga Gamera redresse la barre et offre un spectacle amusant, à défaut d'être exempt de reproche. Destinée au jeune public, l'histoire rappelle par moments les contes de fées, de par sa dimension frôlant parfois l'onirisme. Nos jeunes héros sont ainsi enlevés vers une autre planête par un duo d'extra-terrestres humanoïdes (aux viles intentions gustatives et aux costumes rappelant celui de Jane Fonda dans BARBARELLA) puis séduits tels des Hansel et Gretel modernes grâce à leurs goûters préférés ! Pour les sauver, Gamera affrontera, dans une joute nanardesque, un adversaire plutôt insolite : Guiron, un monstre en forme de couteau de cuisine (et qui tranche un Gyaos en rondelles !). Dommage que les limites budgétaires soient si voyantes et que la réalisation soit si pataude...

Avatar choisi par le scifinaute

1 - 7/10 KX69

08 août 2005

Le film vise un public enfant de façon encore plus évidente que certains Godzilla. Gamera est un monstre très naïf dans sa réalisation qui se permet de faire des barres asymétriques lorsqu'il combat Guiron, étonnante créature en forme de couteau. Les extraterrestres paraissent gentilles mais elles font un peu peur quand elles veulent manger les enfants. Malgré des moyens apparemment faibles, les décors et les costumes sont bien dans la tradition SF Japonaise flashy des années soixante. Le film est plein de bons sentiments et de conseils pour être un gentil « nenfant ». Bref, le charme fonctionne et ça change des Walt Disney.