Logo SciFi-Movies
Logo SciFi-Movies
L'espion qui venait du surgelé

0


2

L'espion qui venait du surgelé

(Le spie vengono dal semifreddo)
2.0 étoiles

Un film réalisé par Mario Bava
1966 - 82 minutes - Couleur - Mono - 1.85
Voir toutes les productions et sorties italiennes (Italie)Voir toutes les productions et sorties américaines (Etats-unis)

Les critiques

Nombre de critiques : 1
Total des points : 4
Moyenne obtenue : 4.00/10

Ajoutez une critique

Affiche américaine du film L'espion qui venait du surgelé (Le spie vengono dal semifreddo)
Avatar choisi par le scifinaute

1 - 4/10 Fog Horn

02 avril 2017

Un an après avoir réalisé le très bon LA PLANÈTE DES VAMPIRES, Mario Bava a sans doute besoin de liquidités et torche par dessus la jambe cette pantalonnade intitulée L'ESPION QUI VENAIT DU SURGELÉ (un titre français en accord avec la subtilité du film, bravo au distributeur). Sans doute conscient de la qualité toute relative du script qu'on lui demande de mettre en images, le réalisateur italien fait le strict minimum (on ne reconnait en rien son style) et livre un des pastiches de film d'espionnage les plus affligeants et les moins drôles de l'histoire du cinéma. La faute évidemment à un scénario qui semble improvisé au fil du tournage et truffé de gags bien gras dont abusera le cinéma populaire italien. Mais aussi la faute aux "stars" du film : Franco et Ciccio, un duo de comiques troupiers absolument insupportables passés maîtres dans l'art de transformer chacune de leurs apparitions en véritable test de nervosité pour le spectateur. Grimaces, glissades clownesques, cabotinage à outrance, gesticulations en tous genres, imitations d'animaux, répliques mongoloïdes en rafales, rien ne nous est épargné pour notre plus grand plaisir pervers et ce, durant toute la durée du métrage (j'ai vu le montage italien). A noter une séquence où Bava semble avoir retrouvé momentanément sa lucidité, celle où les donzelles robotisées se mettent à danser, passage super sympa qui dénote incroyablement du reste du film et qui fait d'autant plus regretter que le reste n'ait pas été traité avec le même soin.