Logo SciFi-Movies
Logo SciFi-Movies
Contamination

0


0

Les critiques

Nombre de critiques : 2
Total des points : 9
Moyenne obtenue : 4.50/10

Ajoutez une critique

Affiche française du film Contamination
Avatar choisi par le scifinaute

2 - 7/10 Fog Horn

30 janvier 2017

Un bonne surprise quand on sait que c'est le même réalisateur qui a signé STARCRASH. Les producteurs voulaient un rip-off d'ALIEN, Luigi Cozzi a préféré refaire à sa façon L'INVASION DES PROFANATEURS DE SÉPULTURES. Le rythme lénifiant a dû laisser plus d'un spectateur sur le carreau mais je trouve que cela participe plutôt bien à l'ambiance hypnotique et glauque du métrage (la musique de Goblin joue aussi beaucoup). On est ici dans la pure production italienne d'exploitation mais c'est bien emballé, avec en prime des effets gorissimes (ayant nécessité quelques kilos de bidoche) et un monstre final très sympa.

Avatar choisi par le scifinaute

1 - 2/10 Sans nom

12 décembre 2007

Le titre italien est " Alien arriva sulla Terra " car Luigi Cozzi, qui venait de remporter un petit succès avec " Starcrash " vit le film de Ridley Scott lors d’une escale à New York et eut aussitôt l’envie de tourner un " Alien " à la sauce italienne en reprenant notamment l’idée des oeufs, des corps parasités qui explosent et en s’inspirant aussi de " L’invasion des profanateurs de sépultures " de Don Siegel. Cozzi aime raconter que pour sa scène d’ouverture où un hélicoptère repère un navire à la dérive, il s’agit d’un clin d’oeil au début de " Them ! " de Gordon Douglas, la fillette perdue dans le désert est devenue un porte-container. Bon, après tout, pourquoi pas...

Malheureusement, toute comparaison s’arrête là. " Contamination " est un petit film gore de série Z épouvantablement mal filmé, mal monté et mal interprété, tourné en partie en Colombie et à Rome. Deux astronautes sont revenus de Mars avec un passager clandestin indésirable, l’un résiste mais est devenu une épave, l’autre se fait passer pour mort mais est en fait devenu l’esclave de l’extra-terrestre qui se sert de lui pour déposer ses oeufs un peu partout dans le monde. Il y a des longueurs pénibles pendant plus d’une heure, même les pitoyables comédiens ont l’air de s’ennuyer ferme et c’est bien la seule contamination qui gagne le spectateur. Il reste peu à sauver de ce désastre qui mériterait de s'appeller "Consternation" sinon (après avoir attendu 1h20 !) l’apparition du monstre, sorte d’énorme pieuvre cyclopéenne, verte et baveuse comme il se doit, échappée d’un épisode de " Star Trek " ou de " Cosmos 1999 " qui provoque plus le rire que l’effroi, même quand elle ingère le héros pour son quatre heure. Et puis la musique et la virgule sonore assez réussies des oeufs d’alien signées par le groupe italien " I Goblin ", spécialistes des ambiances symphonico-rock vaguement électroniques qui illustrèrent quelques films de genre de la péninsule (ils sont surtout connus pour avoir composé la bande originale de " Profondo Rosso " et " Suspiria " de Dario Argento).

Comme il n'y a vraiment pas grand chose à ajouter sur cette calamité et pour parler quand même un peu de cinéma, l'acteur qui joue le lieutenant de police un peu bas de plafond, Marino Masé fut l'un des "Carabiniers" de Jean-Luc Godard et joua la même année un petit rôle dans "Le guépard" de Visconti (où il cotoya Mario Girotti, un autre jeune comédien italien qui se fera mieux que lui un nom dans le cinéma-bis sous celui de Terence Hill).

Connexions

Liens internes