Logo SciFi-Movies
Logo SciFi-Movies

0


0

Capitaine Nemo et la Ville Sous-Marine

(Captain Nemo and the Underwater City)
3.5 étoiles

Un film réalisé par James Hill
1969 - 105 minutes - Couleur - Mono - 2.35
Voir toutes les productions et sorties britanniques (Royaume-uni)

Les critiques

Nombre de critiques : 2
Total des points : 14
Moyenne obtenue : 7.00/10

Ajoutez une critique

Affiche française du film Capitaine Nemo et la Ville Sous-Marine (Captain Nemo and the Underwater City)
Avatar choisi par le scifinaute

2 - 8/10 bourglan pierre-yves

07 juin 2005

Voilà un film de SF que l'on aime voir et revoir. A quand une édition française en dvd. De plus nous sommes dans l'année de J. Vernes. Un film passé à la trappe (trop dommage). Il faut je pense être un fin connaisseur pour pouvoir le posséder (trop dommage). Ce film est esthétiquement beau. La ville sous-marine n'a rien a envier à la ville sous-marine de star wars episode1. Beaucoup plus ludique et intéressant ce film nous montre une autre facette du capitaine Nemo. Plus dure. Le monde de Vernes (né pas très loin de chez moi, 1km) est très bien respecté. L'histoire est très simpliste, mais très bien mise en scène par Mr Hill. Si vous le possédez en vidéo gardez le. En plus si il est en bonne état.

Avatar choisi par le scifinaute

1 - 6/10 Sans nom

31 mai 2001

CAPITAINE NEMO ET LA VILLE SOUS-MARINE est un film plaisant mis qui ne peut-être comparée à la version des aventures du capitaine Nemo donnée par Walt Disney, avec comme principaux interprètes Kirk Douglas et James Mason. Trop de paillettes et un décor dont l'éclat ne parvient pas à compenser la mollesse du scénario. Le seul véritable intérêt de ce film-ci est la présence de Robert Ryan dans le rôle titre. Ce prodigieux acteur offre, comme à son habitude, une interprétation sans reproche de ce personnage retiré d'un monde qu'il n'estime pas et qui essaye de croire, tant bien que mal, à l'Utopie qu'il a créée au fond de la mer. Que ce "héros de Julien Green","ce veilleur de nuit du coeur humain", comme l'ont qualifié certains journalistes, que ce géant du cinéma américain ait accepté de figurer dans une oeuvre que son talent rend bien meilleure qu'elle n'est en réalité est une preuve, s'il en faut encore, de son professionnalisme et de sa modestie.